Vous êtes ici : Accueil > Séminaires et ateliers M1
  • Séminaires et ateliers M1

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Semestre d’automne

     

    a) UE1EC1 : Esthétique contemporaine

    Mathias Verger, « Récit de vie et photographie », mercredi 15h-18h

    Séminaire mutualisé Master Littérature et Master Création littéraire

    Tout en proposant un aperçu historique et théorique des problématiques liées aux rapports entre (auto)biographie et photographie, réalité et représentation, le séminaire se concentrera principalement sur trois textes contemporains (M. Bellatin, M. NDiaye, W.G. Sebald) qui mettent en place un dispositif « texte / image photographique » demandant une lecture attentive des images autant que des textes. Le lecteur devra mener une enquête active sur les signes et les traces pour découvrir les ruses et la complexité de ces textes photobiographiques. Ces textes photo-narratifs interrogent le rapport entre vérité et biographie, mémoire et imagination, fait et fiction. Ils inscrivent la tension entre apparition et disparition des signes et des individus dans le jeu entre le texte et l’image photographique. Ils insistent sur la fragmentation temporelle et interrogent l’identité fragile du sujet en questionnant la vérité de la biographie à travers une poétique mémorielle, une poétique de l’hybridité post-coloniale ou une poétique de l’affabulation.

     

    Oeuvres étudiées :

    - Mario BELLATIN, Shiki Nagaoka : un nez de fiction [2001], trad. André Gabastou, Paris, Passage du Nord/Ouest, 2004.

    - Marie NDIAYE, Autoportrait en vert, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2005.

    - Winfried Georg SEBALD, Les Emigrants [1992], trad. Patrick Charbonneau, Arles, Actes Sud, 1999.

     

    Indications bibliographiques

    - Fabien Arribert-Narce, Photobiographies : pour une écriture de notation de la vie (Roland Barthes, Denis Roche, Annie Ernaux), Paris, Honoré Champion, 2014.

    - Christine Delory-Momberger (dir.), Photographie et mises en images de soi, La Rochelle, Association Himeros, 2006.

    - Daniel Grojnowski, Photographie et langage, Paris, Corti, 2002.

    - Danièle Méaux et Jean-Bernard Vray (dir.), Traces photographiques, traces autobiographiques, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, 2004.

    - Magali Nachtergael, Les Mythologies individuelles. Récit de soi et photographie au XXème siècle, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012.

     

    b) UE1EC2 Production, réception et institutions littéraires

    Lionel Ruffel, « Publier ‘Tarnac’. Ecosystèmes littéraires et médiaculturels » 

    Séminaire mardi 15h-18h (5 séances) puis sous forme d’atelier intensif en janvier (4 journées).

    L’affaire dite de « Tarnac » agit comme un puissant révélateur des enjeux liés à la circulation contemporaine des textes. Au départ, rien que de très classique : un livre, L’Insurrection qui vient du Comité invisible. Et un fait-divers criminel : des lignes de train endommagées. Les deux sont liés par des lecteurs (police, justice, monde politique) « bovaryens ». Le livre devient alors unique pièce à conviction d’un procès médiatique puis d’un procès judiciaire. Problème : ce livre n’a pas d’auteur revendiqué, sinon un collectif invisible. C’est toute la structure moderne du littéraire qui se trouve ici convoquée. Qu’est-ce qu’un livre ? Qu’est-ce qu’un livre sans auteur ? Sans visibilité ? Sans droit de propriété ? Quels usages doit-on en faire ? Un livre peut-il être une pièce à conviction ? Telles sont (ce sera l’hypothèse) les véritables questions de l’affaire dite de Tarnac. Les écosystèmes littéraires et médiatiques ne s’y sont pas trompés. Plusieurs auteurs, notamment des « poètes » (Jean-Marie Gleize, Nathalie Quintane) sont entrés dans l’arène en publiant des livres à partir de Tarnac mais parlant essentiellement de la condition contemporaine de la littérature ; plusieurs metteurs en scène (notamment Tomas Ostermeier) ont adapté le texte ; une série télévisée (Engrenages) a romancé l’histoire ; la presse n’a cessé de produire de nouveaux formats sur l’affaire ; la blogosphère et les réseaux sociaux se sont enflammés. Les textes du Comité invisible ont circulé dans le monde entier, sous toutes les formes que nous pouvons connaître : imprimé ou numérique, copie légale ou piratage, partiels ou en intégralité. Depuis « l’affaire de Tarnac », L’Insurrection qui vient est un best-seller international.

    Dans ce séminaire, nous partirons d’un cas concret pour étudier et expérimenter le statut (anthropologique, juridique, esthétique) des textes et particulièrement des textes littéraires à l’ère de l’hyper-publication. Nous aurons une vision large de la publication, qui ne se limite pas à la chose imprimée et prend en compte l’environnement culturel et technique des littératures contemporaines, à l’échelle mondiale.

     

    Lectures obligatoires :

    Comité invisible, L’Insurrection qui vient, Paris, La fabrique, 2007

    David Dufresnes, Magasin général, Paris, Fayard/Pluriel, 2013

    Nathalie Quintane, Tomates, Paris, POL, 2010

     

    Lectures complémentaires :

    Olivier Bomsel (dir.), Protocoles éditoriaux, Qu’est-ce que publier ?, Paris, Armand Colin, 2013

    François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011

    Comité invisible, A nos amis, Paris, La fabrique, 2014

    Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, Seuil, « Fiction & Cie »

    Eric Macé et Eric Maigret, Penser les médiacultures : nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris : Armand Colin, « Médiacultures », 2005

    Nathalie Quintane, Les Années 10, Paris, La Fabrique, 2015

    Tiqqun, Théorie du Bloom, Paris, La fabrique, 2000

     

    c) UE2EC5 Atelier d’écriture en ½ groupe

     

    Gr 1. Vincent Broqua, « Objets poétiques », mercredi 9h-12h

    La poésie est inadmissible, il faut sortir de la poésie, il y a de la "post-poésie", et pourtant il est toujours question de poésie. Cet atelier vise à s’interroger sur les potentialités et les intensités de la poésie dans le contemporain par l’examen d’objets poétiques. L’atelier s’organisera autour de la présentation d’objets divers (livres, interventions, performances, vidéos, films, traductions, ...), de débats autour de ceux-ci, et de divers exercices et réalisations, afin de faire l’expérience discursive, réflexive et pratique de la pluralité politique de la poésie contemporaine. Il s’agira donc de découvrir le champ multiple de la poésie en France (et au-delà) et de se confronter à l’écriture poétique dans la vie courante. 

     

    Gr 2. Christine Montalbetti « Approches du théâtre », mercredi 10h-13h

    Dans cet atelier d’écriture, nous travaillerons sur des formes théâtrales et plus largement sur des questions liées à la pratique du théâtre. Cet atelier aura lieu hors-les-murs.

     

    d) UE2EC6 Atelier d’écriture intensif

     

    Olivia Rosenthal, « Stage intensif d’écriture » au théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis.

    6 journées complètes en novembre et décembre 2016 : les 17 et 18 novembre, 22, 24 et 25 novembre, 8 et 15 décembre (enregistrement des voix).

    Cet atelier de création a pour but de plonger les étudiants dans une institution culturelle, le Théâtre Gérard Philipe, et dans sa programmation. Nous travaillerons autour d’une grande exposition, « Habiter le campement ». qui a été présentée à la Cité de l’architecture et du patrimoine durant l’été et qui sera reprise au TGP en novembre. Cette exposition qui interroge nos manières de nous déplacer, d’habiter provisoirement ou définitivement des lieux donnés, sera l’occasion de lancer une réflexion sur le sens du verbe « habiter » et sur la manière dont on peut réinvestir ce verbe en « campant » plusieurs journées de suite au théâtre et dans l’exposition elle-même. Les étudiants seront amenés à rencontrer certains des commissaires de l’exposition, à discuter avec les équipes du théâtre sur ces questions d’habitat, à élaborer à partir de rencontres et de débats une réflexion personnelle sur le campement, le territoire ou l’urbanisme. Il s’agira, à partir de là, d’écrire des textes de fiction qui seront comme des prolongements ou des contrepoints à l’exposition choisie. Les textes produits feront l’objet de lectures à haute voix et donneront lieu à de courts enregistrements diffusés sur le site du théâtre. 

     

     Ateliers annuels

     

    e) UE1EC3 Rencontres littéraires

     

    Vincent Message, « Rencontres littéraires », Séminaire annuel, une fois tous les quinze jours, lundi 15h-18h

    Ce cours vise à mesurer les défis intellectuels et pratiques qu’engagent les métiers de la création. Il sera structuré autour de sept rencontres avec des écrivains de fictions narratives, des dramaturges, des éditeurs, des critiques, des libraires. Dialoguer avec eux sur leur œuvre, leur parcours et la vision qu’ils ont de leur métier sera l’occasion pour les étudiants de se faire une idée des espaces d’innovation possibles et des combats à mener pour mettre l’économie mondialisée au service de la création et de la littérature.

    Les étudiants, inscrits pour certains dans le master Création littéraire, et pour d’autres dans les masters CréaTIC, travailleront en petits groupes sur la valorisation de ces rencontres par la publication de comptes-rendus analytiques qui seront mis en ligne.

     

    f) UE2EC4 Suivi projet de création M1 et projet de création 1 en ½ groupe 

     

    Vincent Message (Gr 1) et Sylvain Pattieu (Gr 2), « Suivi de projet »

    Séminaire annuel, une fois tous les quinze jours, lundi 15h-18h

    Les séances s’organisent à raison d’une séance tous les 15 jours sur l’ensemble de l’année. Ces séances sont collectives. Elles permettent aux étudiants de présenter régulièrement leurs travaux en cours à la fois à l’enseignant et aux autres étudiants. Le travail autonome de création que chacun réalise de son côté est ensuite discuté, commenté et parfois amendé, grâce à des séances d’échanges autour des travaux en cours. Selon un calendrier qui sera mis en place lors de la première séance, les étudiants sont amenés à lire les travaux de leurs camarades et à présenter leurs réalisations en cours. Ces séances EC de suivi permettront aux étudiants de préciser leur projet de création, et lui donneront les moyens de le faire progressivement aboutir. Elles entreront en résonance avec le travail que chaque étudiant fera par ailleurs avec son directeur de recherche.  

     

    Semestre de printemps

     

     

    g) UE3EC7 Lire en langue étrangère, lire en traduction 

     

    Dieter Hornig, « D’une opportune ignorance : lire en traduction », mardi 15h-18h.

    Qu’est-ce qu’il nous arrive lorsque nous ne pouvons plus pratiquer l’exercice congénital de notre propre langue dans la lecture, que nous perdons ce support et ce fondement appelé langue maternelle et que nous chancelons dans l’inconnu et l’étranger ? Qu’est-ce qu’il arrive à un texte, lorsqu’il est réécrit dans une autre langue et qu’il parvient ainsi à un autre public ? Qu’est-ce que la lecture de textes étrangers nous apprend au sujet de notre propre langue maternelle ? Comment peut-on exercer aujourd’hui l’opportune ignorance dont parle Borges ? Quel type de « bibliothèque internationale » pouvons-nous concevoir aujourd’hui dans un contexte mondialisé ?

    Tel pourrait être l’enjeu de ce séminaire : penser les points de contact (mais aussi les failles, les brèches, les lacunes) entre les langues diverses, pour penser les failles, les brèches et les lacunes (mais aussi les points de contact) entre différentes traditions nationales et géographiques, à partir de la lecture de textes contemporains écrits dans une autre langue, quelle que soit notre langue maternelle, quelles que soient nos langues étrangères, connues et ignorées.

     

    h) UE3EC8 Séminaire libre (Littérature ou Arts) ou UE3EC9 Séminaire de Littérature : Analyse du contemporain 

    Les étudiants choisissent un des séminaires proposés dans le Master Littératures ou dans l’UFR Arts correspondant à leur parcours et à leur création.

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page